Le Centre d'Etudes des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC) est une équipe d'accueil (EA 2958 ) qui rassemble tous les historiens modernistes et contemporanéistes de l'Université Michel de Montaigne. Il est issu du Centre Aquitain d'Histoire Moderne et Contemporaine qui, pour satisfaire la demande du Ministère, avait changé de nom le 13 novembre 2006, ce qui répondait à une volonté de s'ouvrir sur des horizons internationaux.

Dirigé jusqu'en 2005 par le Professeur Josette Pontet (Histoire moderne), le CEMMC a choisi ensuite pour directrice le Professeur Sylve Guillaume (IUF Histoire Contemporaine) et pour directeur-adjoint le Professeur Michel Figeac (Histoire Moderne), illustrant un double souci d'alternance entre histoire moderne et histoire contemporaine à sa tête et une complémentarité symbolique des deux périodes dans l'équipe dirigeante. En 2008, le Professeur Sylvie Guillaume appelée à de nouvelles responsabilités en tant que vice-présidente du Conseil Scientifique de l'Université de Bordeaux III, a quitté la direction du CEMMC et une élection a désigné en mai 2008, le Professeur Michel Figeac (Histoire Moderne) comme directeur et le Professeur Bernard Lachaise (Histoire Contemporaine) comme directeur-adjoint. En 2012, Michel Figeac a été réélu dans ses fonctions jusqu'en 2016, avec pour adjoint, le Professeur Alexandre Fernandez.

Le CEMMC se compose en 2014 d'une équipe formée de :

•  Douze professeurs (6 en Histoire Contemporaine, 5 en Histoire Moderne, un en Musicologie moderne) dont onze enseignent à Bordeaux Montaigne et un à l'ESPE d'Aquitaine Bordeaux. La moyenne d'âge est de 54,5 ans, là où elle était de 54 ans en 2009 lors du précédent quadriennal. Cette constance s'explique par le fait que la plupart des professeurs ont autour de 55 ans et les départs à la retraite (Marc Agostino, Sylvie Guillaume…) ont été compensés par l'arrivée d'enseignants chercheurs beaucoup plus jeunes (Ph. Chassaigne, Ch. Bouneau, G. Poumarède).

•  Un MCF habilité, là où il y en avait cinq lors de l'exercice précédent. Cela prouve la capacité de nos habilités à trouver des postes (Claire Laux, S. Laurent, B. Marnot).

•  Dix-sept MCF (8 en Histoire Moderne et 9 en Histoire Contemporaine dont 14 enseignent à Bordeaux 3, 2 à l'ESPE d'Aquitaine et une à Sciences Po Bordeaux. Deux d'entre eux (Caroline Le Mao, Philippe Meyzie) sont membres junior de l'Institut universitaire de France. La moyenne d'âge est de 41,3 ans alors qu'elle était en 2009 de 44 ans. A la suite de promotions (Claire Laux, B. Marnot) et de départs en retraite (A. Contis) sont arrivés de jeunes collègues (Ch.-F. Mathis, D. Pinsolle ou S. Lachaud et G. Hanotin en Moderne) recrutements qui prouvent un équilibre entre la promotion de jeunes docteurs formés à Bordeaux 3 et les recrutements effectués à l'extérieur de notre université.

•  Six allocataires et Ater – 4 en Histoire Moderne, deux en Histoire Contemporaine. Leur moyenne d'âge est de 29 ans. Le problème est qu'avec les restrictions budgétaires nous n'avons plus qu'un seul allocataire-moniteur par an, ce qui est beaucoup trop peu pour animer le groupe des jeunes chercheurs.

•  Trente-trois chercheurs associés et post-doctorants. Ce groupe s'est très fortement étoffé, traduction de l'attachement de beaucoup d'anciens doctorants au Centre, auquel ils continuent à participer (Th Truel, P. Dussert, A. Tissot, J.-F. Viaud, G. Champeaud, J. Puyaubert…). Nous avons aussi noué des liens importants avec des enseignants de classes préparatoires (E. Bonhomme), d'autres universités (A. Motta) et même à l'étranger (S. Magagnoli de Parme ou D. Lewandowska de Torun) C'est une manifestation forte du rayonnement du Centre.

•  Six professeurs émérites, deux en Histoire Moderne, quatre en Histoire Contemporaine qui participent régulièrement à nos activités.

•  Une contractuelle (Florence Verdier) qui assure à mi-temps la gestion administrative et financière du CEMMC, puisque nous partageons son service avec l'équipe des philosophes (SPH). En 2009, au moment de la précédente expertise, nous avions un ingénieur de recherche et une contractuelle.

 

La gouvernance du CEMMC

L'équipe s'est dotée de statuts en 2007. Elle fonctionne avec :

Un Directeur (Michel Figeac) et un Directeur-adjoint (Alexandre Fernandez) élus par l 'Assemblée Générale et qui travaillent en étroite collaboration.

Un conseil scientifique composé de 18 membres soit :

•  Le Directeur et le Directeur-adjoint

•  Cinq professeurs élus par leurs pairs

•  Cinq maîtres de Conférences élus par leurs pairs

•  Trois doctorants

•  Deux personnalités extérieures qui représentent les archives départementales et les archives municipales en raison de l'importance des liens avec ces deux institutions.

•  Un Directeur d'UFR invité sans droit de vote. 

Le Conseil scientifique se réunit 4 à 6 fois par an et participe à la prise de décision et à la gestion des activités du CEMMC, toute l'année entre deux assemblées générales.

Une Assemblée Générale ouverte à tous les membres du CEMMC se réunit en juin et en décembre de chaque année.

Une équipe de jeunes chercheurs née en 2006 , lancée par François Dubasque qui a ensuite été élu Maître de Conférences à l'université de Poitiers en 2009. Ce type de structure indispensable à la vie d'un Centre est très dépendant des arrivées et des départs. Aussi, après une période moins active en tout début de quinquennat, les initiatives repartent-elles grâce à un noyau de jeunes chercheurs allocataires et Aters très dynamiques (Isabelle Clavel, Timothée Duverger, Mathieu Servanton, Pauline Valade).

Le projet scientifique, tel qu'il a été validé par l'expertise de l'AERES en novembre 2009, s'organise autour de trois axes :

- Les élites européennes du XVIe siècle à nos jours : modèles, transferts, singularités sous la direction de Laurent Coste et François-Charles Mougel.
C'est autour de quatre idées directrices que se bâtit l'architecture de ce programme de recherches :
-Définitions, dimensions spatio-temporelles des élites
- Elites et pouvoirs, approche des organisations
- Les cycles élitaires à travers la thématique « élites et crises ».
- Sociologie et sociabilité des élites (culture matérielle).

- Identité et territoires des villes portuaires (XVIe-XXe siècle) sous la Direction de Caroline Le Mao et Philippe Chassaigne.
L'idée que le port serait producteur du fait urbain dans la complexité que renferme cette notion pourrait être déclinée selon trois thématiques qui tenteraient d'en embrasser les différentes facettes :
- Une identité plurielle
- Les villes portuaires : espaces d'interconnexion
- La ville portuaire : centre de brassages humains et sociaux, espace de régulations privées et publiques.

- Pouvoirs dans les mondes moderne et contemporain : Acteurs et institutions ; savoirs et pratiques ; discours et représentations XVI e -XX e siècle sous la direction de G. Poumarède et Christine Bouneau
Il faut rappeler qu'à la suite de la mutation de Sébastien Laurent et au détachement de longue durée de Florence Buttay à l'INHA, il a fallu procéder au changement de thématique. Les deux nouveaux responsables ont élargi la thématique en tenant d'ailleurs compte de la précédente expertise AERES qui recommandait un élargissement de la thématique sur les frontières de l'action publique par rapport aux forces vives de l'équipe.
La notion de pouvoir au singulier ou au pluriel nous conduit au cœur du politique même si ce champ est loin d'être exclusif. Les pouvoirs peuvent en effet être également économiques et/ ou culturels et religieux. Par ailleurs le croisement avec d'autres SHS telles que la science politique, la sociologie ou le droit constitue une approche indispensable.

 

Des passerelles avec des programmes ANR, IUFM ou MSHA portés par des membres de cet axe ont été établies. Il est aussi possible de tisser des liens et des échanges avec les autres axes du CEMMC notamment les élites.

Il s'agit d'étudier les différentes figures des pouvoirs notamment au travers des acteurs individuels et collectifs et des institutions ; de voir les enjeux en particulier par le biais des savoirs et des pratiques pour sur le long terme, de l'Ancien Régime à nos jours, distinguer les métamorphoses grâce aux discours et représentations

Par ailleurs, le CEMMC s'est doté d'une thématique transversale qui est adossée aux trois axes ci-dessus autour de l'Europe centrale : « Les formes et l'enjeu de l'échange entre la France et l'Europe centrale 1619-1989 ».

Et deux axes émergents :
« La ville : espace de valorisation des produits des « terroirs » ;
« Femmes en réseaux, réseaux et femmes ».

Les frontières jadis tracées dans le CAHMC entre le politique, l'économique, le social, le religieux s'estompent dans les projets collectifs qui font de plus en plus de place à l'international, tandis que les séminaires ouverts à tous les étudiants de master et aux doctorants restent plus thématiques. L'apport des jeunes enseignants-chercheurs qui s'investissent dans l'équipe a largement facilité un renouvellement des problématiques et des axes. Les jeunes Maitres de conférences organisent ainsi des colloques au même titre que les Professeurs. Le Centre soutient les initiatives d'un groupe de « Jeunes chercheurs » constitués d'ATER, de chargés de cours et de post-doctorants. Le site web a été réalisé par trois jeunes Maîtres de conférences.

Organigramme du CEMMC

 

Le 12 septembre 2014
Michel Figeac
Directeur du CEMMC